Un nouvel organisme sans but lucratif a vu le jour récemment afin de combler le vide occasionné par le manque de structure de santé communautaire pouvant répondre aux besoins des populations ethnoculturelles immigrantes et plus particulièrement de celles originaires de l’Afrique.

Un nouvel organisme sans but lucratif a vu le jour récemment afin de combler le vide occasionné par le manque de structure de santé communautaire pouvant répondre aux besoins des populations ethnoculturelles immigrantes et plus particulièrement de celles originaires de l’Afrique.

En ce sens, elle explique que cette clientèle a besoin d’un suivi particulier, en termes de prévention, pour pouvoir mieux se porter. « Lorsqu’ils arrivent, leur santé se dégrade très vite. Sur le terrain en Alberta, il y a certes des organismes de santé, mais aucun qui ne répond à leurs besoins précis », juge-t-elle.

La naissance du CBEP est donc fondée sur la recommandation selon laquelle la prise en charge auprès des immigrants est optimale si les prestataires de soins et les clients sont de même origine ethnique, ont les mêmes sensibilités culturelles et parlent la même langue.

« Le centre voudrait servir de pont entre les responsables du système de santé albertain et la communauté africaine en matière de santé », fait savoir Dr Nganda Luki. La vice-présidente abonde dans le même sens. « Les Afro- Canadiens ne vont pas lire sur la santé ou même s’informer.

Il faut donc les sensibiliser et changer cette culture », souhaite-t-elle.

En ce sens, elle explique que cette clientèle a besoin d’un suivi particulier, en termes de prévention, pour pouvoir mieux se porter. « Lorsqu’ils arrivent, leur santé se dégrade très vite. Sur le terrain en Alberta, il y a certes des organismes de santé, mais aucun qui ne répond à leurs besoins précis », juge-t-elle.

La naissance du CBEP est donc fondée sur la recommandation selon laquelle la prise en charge auprès des immigrants est optimale si les prestataires de soins et les clients sont de même origine ethnique, ont les mêmes sensibilités culturelles et parlent la même langue.

« Le centre voudrait servir de pont entre les responsables du système de santé albertain et la communauté africaine en matière de santé », fait savoir Dr Nganda Luki. La vice-présidente abonde dans le même sens. « Les Afro- Canadiens ne vont pas lire sur la santé ou même s’informer.

Il faut donc les sensibiliser et changer cette culture », souhaite-t-elle.

Travailler dans la communauté

Dans cette optique, les professionnels du CBEP iront directement dans la communauté noire et auprès d’autres populations vulnérables pour offrir des services de promotion de la santé et de l’éducation sanitaire. De plus, des ateliers sur la santé, des séminaires et des événements spéciaux seront organisés là où les gens ont le plus besoin de ces services.

 

Le Centre offre les services et programmes suivants :

– Prévention et autogestion du diabète et de l’obésité ;
– Prévention de l’hypertension, des maladies du cœur, et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ;
– Prévention des cancers et de la fibrose utérine ;
– Sensibilisation sur la santé mentale et les problèmes de dépendance aux drogues, à l’alcool et à la cigarette ;
– Promotion de changement de style de vie ;
– Conseil en matière de nutrition ;
– Accès à l’information sur la santé et soutien dans la langue d’origine ; – Programmes de dépistage et de référence vers les centres de

diagnostic et de traitement ;
– Groupe de soutien des survivants des cancers ou des AVC ; – Santé des femmes et des enfants ;
– Santé des aîné(e)s.