20 Mar

Notre Assemblée Générale

1ÈRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DU CBEP

Un organisme communautaire dédié à la prévention des maladies cardiovasculaires auprès de la population albertaine de descendance africaine et caribéenne.

Par Alfred M. Lukhanda[1]

Selon la Fondation des maladies du cœur et des AVC du Canada, les personnes de descendance africaine sont plus susceptibles de souffrir de l’hypertension artérielle et de diabète et courent plus de risques de maladies du cœur et des AVC que le reste de la population canadienne.  L’étude réalisée par Chiu et son équipe à Ottawa montre qu’au Canada la prévalence de l’hypertension est de 19,8% chez les personnes de descendance africaine, de 17.0% chez les sud-asiatiques, de 15,1% chez les chinois et de 13,7% chez les blancs.

De même, la prévalence du diabète est de 8,5% chez les personnes d’origine africaine, de 8,15 chez les sud-asiatiques, de 4,3%chez les chinois et de 4,2% chez les blancs. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes et montrent que parmi les populations immigrantes au Canada, les personnes de descendance africaine sont les plus à risque pour ces 2 épidémies.

S’il existe de organismes communautaires sud-asiatiques et chinois qui sont interviennent dans lutte contre ces fléaux, rien de pareil n’existe dans les communautés d’origine africaine.  C’est justement pour combler le vide occasionné par le manque d’une structure de santé communautaire susceptible de répondre aux besoins des immigrants francophones de l’Afrique et de façon générale des Afro-Canadiens que nous avons créé le Centre de bien-être et de prévention pour Afro-Canadiens de l’Alberta ou CBEP, en sigles.

Créé le 4 novembre 2015 dans le but d’œuvrer à la promotion de la santé et à la prévention des maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et le cancer auprès de la population albertaine de descendance africaine, le Centre de bien-être et de prévention pour Afro-Canadiens de l’Alberta, CEBEP en sigles, a tenu sa première Assemblée générale le 30 septembre 2017 au Grand salon du Campus Saint-Jean.

Plusieurs temps forts ont marqué cette rencontre, notamment, le bilan du Président sortant, le Dr Roger Kabeya, l’adoption des statuts, l’élection du nouveau comité, le message du nouveau président du CA ainsi que celui du Directeur général.

À son actif, le CEBEP compte quelques réalisations importantes. En moins de deux ans d’existence, le nouvel organisme albertain peut se dire fier d’avoir mené réalisé les projets suivants.

1) Finalisation des Statuts et règlements et mise en place du site Web de l’organisme;

2) Collaboration avec le Service correctionnel du Canada en agissant comme groupe des experts ethnoculturels;

3) Création de partenariats avec le Campus St jean, l’AJFAS, le Centre d’accueil et d’etablissement et le Learning Centre Literacy Association.

À la tête du nouveau Conseil d’administration composé de (citer leurs noms), le Dr Ange Kadima a annoncé les axes prioritaires de son plan d’action articulé autour des points suivants

1) Financement pour nos besoins à court terme;

2) Stratégies de campagne de recrutement des membres et mécanismes de perception des cotisations;

3) Stratégies de campagne pour se faire connaître auprès des décideurs municipaux, provinciaux et fédéraux, ainsi qu’auprès des partenaires potentiels.

Quant au Dr Luki Nganda, Directeur général et initiateur du projet, il a remercié les membres de l’équipe qui l’ont accompagné dans la matérialisation de l’idée. Il s’est déterminé à faire de son mieux pour que le CEBEP devienne une référence dans l’Ouest canadien en matière de prévention des maladies cardiovasculaires auprès des Canadiens de descendance africaine.

Mais au-delà de l’événement, il convient de souligner la maîtrise tout à fait épatante avec laquelle Georges Bahaya, Directeur général du Centre d’accueil et d’établissement de l’Alberta, a conduit cette Assemblée générale.

En définitive, l’organisation était sans faille, les propos des intervenants mesurés, réfléchis et respectueux de la différence.

 

[1] Alfred M. Lukhanda, enseigne la Philosophie et la Bioéthique à l’Université de l’Alberta, Campus Saint-Jean (Edmonton, Canada).

related posts